Trouvez votre dermato

Le laser bleu pour améliorer l’aspect de la peau, l’avis du dermatologue

Couperose, taches, cicatrices, vergetures… Un nouvel outil pour l’aspect de la peau : le laser bleu.

Traiter sa couperose, ses varicosités, ses taches, retrouver de l’éclat, gommer les imperfections, les cicatrices, les ridules , les vergetures, remodeler le tissu conjonctif, sont maintenant des demandes fréquentes formulées auprès des dermatologues par les patients soucieux d’améliorer l’aspect de la peau.

Les techniques laser ont permis d’approcher ces traitements avec de plus en plus de précision, et de moins en moins d’effets secondaires.

C’est le cas de ce nouveau laser à lumière bleue, le Bluederma, utilisable presque toujours sans anesthésie préalable, permettant de cibler de petites lésions ou bien de traiter un visage entier ou des zones corporelles afin d’en améliorer l’aspect.

Il est couplé à des LED rouge et infra-rouge, qui, en agissant en photobiomodulation, aident notre tissu à cicatriser plus vite et sans traces.

A côté de la cicatrisation, la photobiomodulation par LED ou LLLT (laser de faible énergie), peut être proposée pour améliorer l’acné, les cicatrices, les vergetures, et dans le rajeunissement cutané.

 

L’intérêt de la lumière bleue

Nouvelle technologie laser, ce laser à diodes bleues émet une lumière bleue monochromatique et cohérente, et, comme tout laser de classe IV a des indications dermatologiques chirurgicales et esthétiques.

L’intérêt est que la lumière bleue, la plus absorbée par les trois chromophores que sont l’hémoglobine, l’oxyhémoglobine, et la mélanine, ne nécessite donc pas une énergie trop forte pour être effective : son absorption intense par la cible visée a pour conséquence une photothermolyse sélective, lorsqu’on la recherche bien sûr, c’est à dire lorsque l’on vise un vaisseau ou une tache, ou encore une tumeur cutanée : on génère une coagulation comme avec un bistouri électrique, mais sans effet thermique débordant la lésion.

Il est évident que les paramètres du laser bleu ne seront pas les mêmes selon la cible visée : il faudra jouer sur la puissance, le temps de pulse et l’espacement des pulses, c’est à dire la fréquence de ces trains de pulse qui peut aller jusqu’à plus de 100 Hz, jusqu’à réaliser un traitement en continu, soit un véritable resurfacing. Dans ce cas bien sûr, ce n’est pas la photothermolyse sélective que l’on recherche mais bien la diffusion thermique : on peut donc détruire une surface d’épiderme (exemple sur la lèvre supérieure pour des rides, avec une forte puissance), comme traiter une erythrose et (ou) générer du remodelage dermique ( dans ce cas la puissance sera bien plus faible).

L’autre particularité de ce laser bleu est l’émission simultanée de diodes rouges et infra-rouges agissant en tant que photobiomodulateurs, de façon à réguler la réponse cellulaire à l’agression, et donc la cicatrisation. Le rouge est émis entre les tirs laser, alors que l’infra-rouge est émis dans le tir en même temps que la lumière laser et contribue de plus à accroître la profondeur du tir laser (on sait que le bleu est peu pénétrant du fait de sa forte absorption) ; le rouge est systématiquement associé entre les tirs, alors que l’infra-rouge est une option.

 

De multiples applications pour la peau

Plusieurs diamètres de pulse sont possibles selon la cible visée, actuellement 0,1mm, 0,2mm, 1 et 2 mm, mais cette technologie réserve encore des surprises. On imagine donc toutes les indications possibles de ce laser, qui offre la possibilité de faire du vasculaire, du pigmentaire, de la réjuvénation, du remodelage, de l’abrasion.

Il peut également être utilisé en photobiomodulation c’est à dire en LLLT ( Low Level Laser Therapy), avec les mêmes indications que les LED mais sur des temps plus courts ( 3 mn pour un programme acné, photoréjuvénation, cicatrisation de plaies, traitement de vergetures… ou même photothérapie dynamique) : une pièce à main spécifique qui s’apparente à un scanner délivre régulièrement le train de pulse sur 25 cm2.

Enfin, une fibre nue, sécable, permet de réaliser une chirurgie de contact (photodissection par laser bleu), toujours accompagnée de photobiomodulation et optimisation de la profondeur par Infra rouge.

Ce laser bleu est de taille réduite (taille d’ une minitablette)

Ce nouvel outil vient compléter l’ensemble des moyens dont dispose le dermatologue pour les patients qui veulent améliorer l’aspect de leur peau.

Voir aussi

LASERS ET VARICOSITÉS

LASERS ET TATOUAGES

LASERS DE RELISSAGE, REMODELAGE, ET FRACTIONNÉS

LASERS ET PIGMENTATIONS (TACHES)

LASERS ET COUPEROSE

LES LED, LA RADIOFRÉQUENCE ET LES LAMPES FLASH

 

 

 

Dernière date de mise à jour : 12/09/2017


Cet article vous a été proposé, rédigé et validé par un membre du SNDV, médecin dermatologue. Les auteurs des contenus du site reconnaissent ne pas avoir de liens d’intérêt avec les traitements proposés et les sujets traités.

Nos partenaires