Trouvez votre dermato

Le dermatologue vous informe sur les MST

 
 
La dermatologie et la vénéréologie (MST) sont une seule et même spécialité. Attention, la vénéréologie n’est pas la spécialité qui s’occupe des veines (phlébologie) mais bien des maladies vénériennes.

Quels sont les signes de MST

ulcération génitale (ou chancre) dans les deux sexes,

écoulement urétral chez l’homme (ou brûlures en urinant),

leucorrhées (pertes vaginales) chez la femme

Mais, bien souvent et en particulier chez la femme,les MST ne provoquent aucun symptôme.


Les personnes, en apparence saines, ne présentant pas de signes , peuvent être potentiellement infectées et contagieuses, c’est le cas fréquemment de l’infection par le VIH, de l’hépatite B, des chlamydias et de l’herpès.

 

 Toutes les MST, même les plus bénignes, par exemple la trichomonose, favorisent la transmission des autres maladies sexuellement transmissibles, en particulier le VIH

 

Ainsi, derrière toute MST, peut se cacher une deuxième MST qu’il faudra rechercher même en l’absence de symptôme.

 

Face à toute MST il faut faire  vérifier la  sérologie VIH, la  sérologie de la syphilis et la  sérologie des  hépatites  par une simple prise de sang.

 

Une recherche de Chlamydia trachomatis dans les urines sera normalement effectuée.

 

Est-ce que je dois faire d’autres recherche dans le sang?

Les autres sérologies sont inutiles (sérologie herpès, sérologie mycoplasmes, sérologie gonocoque et autres sérologies exotiques …).

 

 

Beaucoup de personnes contaminées sont infectés et pourtant ne présentent aucun symptôme

On dit qu’elles sont asymptomatiques (ou “porteurs sains” qui est un très mauvais terme).

 

 

Ceci est particulièrement vrai dans l’infection VIH ( SIDA), dans l’infection par l’hépatite B, par l’hépatite C, dans l’herpès, globalement dans la plupart des maladies virales.

 

 

Les MST comme les autres maladies infectieuses sont caractérisées par une incubation qui sépare le moment de la contamination de l’apparition des premiers signes

 

Cette incubation est variable selon la maladie. Elle peut être très courte (gonococcie et chancre mou : 48H), elle peut être beaucoup plus longue (environ 3 semaines pour la syphilis et un mois pour le VIH).

Pendant cette période d’incubation, il est impossible de faire le diagnostic de la maladie.

 

Ainsi, la sérologie de la syphilis et la sérologie du VIH ne se positivent jamais avant le premier mois suivant la prise de risque.

 

Il faudra, donc, répéter les examens quelques semaines plus tard.

 

 

En fonction de chaque MST, les examens  doivent être déterminés en fonction du contexte

Certaines maladies ne peuvent être dépistées que par un prélèvement local des lésions (gonocoque, chlamydia, trichomonose, herpès, etc …). D’autres sont dépistées par des prises de sang (VIH, hépatites B et C, syphilis).

 

 

En cas de MST, tous les partenaires doivent être examinés et traités en même temps

Il faut avertir tout vos partenaires même occasionnels votre dermatologue n’est pas là pour porter un jugement mais pour vous aider.

C’est la seule façon  d’éviter la diffusion de la contamination surtout dans le cas de maladies qui peuvent être graves pour  la personne atteinte.

 

 

 

 

Comment se transmettent les MST? Toutes les MST sont transmises lors des rapports sexuels non protégés.

préservatif

Préservatif masculin

A l’inverse, toutes peuvent être prévenues par l’utilisation permanente de préservatifs. Certaines MST se transmettent très facilement par le sexe

oral non protégé (en particulier, la gonococcie et la syphilis, mais également l’herpès, etc …).

preservatif feminin

Préservatif féminin

 

 

 

 

Quand faut-il que je me traite?

Le traitement des MST est une urgence

L’auto-médication est particulièrement dangereuse dans les MST car elle favorise la sélection de bactéries résistantes aux antibiotiques

Le traitement est le plus souvent un traitement minute ou court donné en l’attente des résultats des prélèvements. il pourra être modifié, éventuellement,  en fonction des résultats des examens complémentaires pratiqués.

 

 

Les traitements administrés au cours des MST ont une toxicité peu importante .

  • Des troubles digestifs sont possibles.
  • Des accidents allergiques sont possibles.
  • Certains médicaments sont photo-sensibilisants,
  • d’autres provoquent des atteintes des tendons.
  • Beaucoup sont totalement contre-indiqués chez la femme enceinte et chez l’enfant.
  • Certains sont incompatibles avec l’alcool.
  • Enfin, d’autres sont interdits en cas de prise d’anticoagulants.

La décision de traiter doit être une décision médicale 

En cas de lésions situées sur les organes génitaux, l’interlocuteur est le dermatologue-vénéréologue qui permettra de faire la différence entre ce qui est sexuellement transmis et ce qui est purement dermatologique.

Les MST peuvent, également, être prises en charge gratuitement dans les dispensaires anti-vénériens, aujourd’hui appelés CIDDIST où les consultations sont gratuites.

 

Est-ce que je risque des complications si je ne suis pas traité?

Parmi les complications les plus graves des MST:

 

  • les infections génitales hautes, salpingite chez la femme, orchi-épididymite chez l’homme, à l’origine de stérilité
  • le cancer du col du l’utérus
  • les hépatites chroniques B avec un risque de cirrhose et de cancer du foie
  • les contaminations néo-natales, gonocoque, chlamydia, herpès, syphilis, etc …
  • enfin, le SIDA dont il ne faut pas oublier qu’il s’agit également d’une MST

Utilisez un préservatif masculin ou féminin lorsque vous avez une sexualité comportant des risques de contamination (partenaires multiples, occasionnels….)

 

 

Voir aussi:

Le Sida (HIV)

L’herpès

Les condylomes

la gonococcie

Les infections à Chlamydia

Les infestions à mycoplasmes 

La syphilis

Les hépatites

La trichomonose

La maladie de Nicolas Favre

Le chancre mou

 

 

Nos partenaires