Trouvez votre dermato

Les condylomes ou verrues génitales

Ce sont des verrues apparaissant sur les organes génitaux, mais aussi au niveau de l'anus

Le diagnostic est facile, sur simple examen clinique.
Il n’y a pas d’examens complémentaires spécifique  à demander.  Mais un bilan MST est à faire avec des tests biologiques

Le traitement est, en revanche, souvent laborieux

Du fait des récidives fréquentes des lésions (azote liquide, différents traitements locaux, antiviraux, laser, etc …).
Ces verrues génitales sont dues à des virus du groupe des PVH (papillomavirus humain), le plus souvent, du type 6 et 11.

D’autres PVH sont responsables de plaques blanchâtres ou rougeâtres des organes génitaux pouvant évoluer vers un cancer (col utérin, vagin, vulve, anus et, plus rarement, pénis chez les noms circoncis). Ces virus dits oncogènes ou cancérigènes sont, le plus souvent, les PVH 16 et 18.

Il est donc important de traiter et de prévenir tous les partenaires ; Une recherche systématique d’autres MST sera pratiquée  notamment des tests  sérologiques HIV. La contamination peut se faire au niveau de la région pubienne par le contact alors que l’on s’est  protégé avec un préservatif ( il ne protège pas cette région)

Et le vaccin

Il existe, actuellement, un vaccin dirigé contre les PVH 16, 18, 6 et 11, plutôt réservé aux jeunes femmes. En effet le virus   des condylomes est source du cancer du col de l’utérus . Des polémiques envers ce vaccin ont eu lieu le rapport bénéfice risque est sans conteste favorable pour  la vaccination
Aucune prise de sang ne permet de faire un diagnostic d’infection à PVH et la recherche de virus dans les lésions est réservée à des cas très particuliers. 

Voir aussi

Ce qu’il faut savoir sur les MST

 

Cet article vous a été proposé, rédigé et validé par un membre du SNDV, médecin dermatologue.
Dernière date de mise à jour : 29/04/2016
Les auteurs des contenus du site reconnaissent ne pas avoir de liens d'intérêt avec les traitements proposés et les sujets traités.

Nos partenaires